Noël contre la faim

Publié le 30 septembre 2010

FAQ

Comment obtenir un financement du CCFD-Terre Solidaire ?

Tous les financements accordés par le CCFD-Terre Solidaire le sont après des contacts préalables sur le terrain afin de se donner le temps de se connaître mutuellement et de s’assurer que le projet proposé correspond aux objectifs du CCFD-Terre Solidaire.
Aucun financement n’est accordé sur la base d’une demande par courrier.
Les financements proposés par la direction Projets et Programmes doivent approuvés par une commission nationale de l’association qui se réunit deux fois par an (au printemps et à l’automne).

Le CCFD-Terre Solidaire propose-t-il des bourses d’étude ?

Oui, mais uniquement pour le personnel des organisations partenaires avec qui le CCFD-Terre Solidaire travaille. Chaque année environ une cinquantaine de personnes en bénéficie, soit pour venir étudier en France, soit pour étudier dans un pays de leur choix. Les boursiers s’engagent à retourner dans leur pays et à travailler encore pendant quelques années chez le partenaire, afin de mettre à profit l’expertise et les connaissances acquises.

Le CCFD-Terre Solidaire peut-il aider à envoyer du matériel à l’étranger ?

Non, le CCFD-Terre Solidaire ne favorise pas ce type d’aide avec les pays en voie de développement. Il préfère encourager l’achat de matériel sur place, ce qui est non seulement le plus souvent plus adapté aux besoins locaux, mais en plus favorise l’économie locale.

Peut-on faire des stages au CCFD-Terre Solidaire ou chez ses partenaires du sud ?

Le CCFD-Terre Solidaire envoie-t-il des volontaires en mission à l’étranger ?

Non, le CCFD-Terre Solidaire n’envoie pas de volontaires en mission à l’étranger. Pour le CCFD-Terre Solidaire toute action de développement doit être conçue et mise en œuvre par les intéressés eux-mêmes. Le CCFD-Terre Solidaire n’est donc pas opérateur direct et sa stratégie vise à favoriser l’autonomie du partenaire.
En revanche le CCFD-Terre Solidaire, par des voyages d’immersion, le soutien à des projets de voyages initiés par des groupes de jeunes ou l’envoi de stagiaires, cherche à renforcer des relations de réciprocité et d’échanges.
De retour, ils peuvent témoigner de leur expérience et contribuer à la mission confiée au CCFD-Terre Solidaire d’éducation au développement.

Comment le CCFD-Terre Solidaire évalue-t-il la réussite des projets qu’il soutient ?

Le travail de suivi et d’accompagnement fait par les chargés de mission du CCFD-Terre Solidaire, qui se rendent régulièrement sur le terrain, permet d’évaluer la réussite des projets. En fonction de l’importance et de la taille de certains projets, des évaluations externes, faites par des professionnels indépendants, permettent d’avoir des informations complémentaires et une analyse externe des réalisations.

Etes-vous sûr que l’argent que vous envoyez n’est pas détourné ?

Le CCFD-Terre Solidaire est avant tout très vigilant dans le choix de ses partenaires, dont nous finançons les projets après une période parfois assez longue permettant de faire mutuellement connaissance.
Une fois les financements accordés, les partenaires s’engagent à fournir des rapports sur le déroulement de leurs activités. Les visites régulières des chargés de mission permettent de s’assurer de l’état de réalisation des actions et de ce qui a été réellement accompli au regard des objectifs fixés.
Dans la plupart des cas, le CCFD-Terre Solidaire s’assure que les comptes financiers des partenaires sont vérifiés par des bureaux externes d’expertise, d’audit comptable, soit internationaux, soit nationaux. Ces audits permettent de contrôler la bonne affectation des fonds.

Nos projets

16 janvier 2018

Birmanie : se former aux pratiques alternatives pour s’émanciper des grandes entreprises étrangères

En Birmanie, le Gaia Sustainable Management Institute (GSMI), organisation partenaire du CCFD-Terre Solidaire, développe des pratiques (...)

15 décembre 2017

A Jérusalem, une association d’archéologues israéliens dénonce l’utilisation politique des fouilles

Créée par des archéologues, l’association Emek Shaveh est une organisation israélienne qui vise à sensibiliser le public, les journalistes et (...)

1er décembre 2017

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)

S’informer

20 février 2018

Etats généraux des migrations : pour un changement radical de la politique migratoire

Partout en France, de simples personnes, des associations ou des collectifs s’organisent pour dénoncer la politique actuelle inacceptable (...)

15 février 2018

Comprendre et lutter contre la faim dans le monde (Infographie)

Pourquoi plus de 800 millions de personnes souffrent-elles encore de la faim aujourd’hui dans le monde ? Face à ce drame, des solutions (...)

5 février 2018

La terre, enjeu d’une paix durable en Colombie

FDM n°302

Le problème foncier, déjà à l’origine de la guerre qui a déchiré une partie du territoire pendant plusieurs décennies, constitue toujours l’un (...)

Nos rapports

PDF