Noël contre la faim

Publié le 20.10.2017 • Mis à jour le 27.10.2017

Birmanie : l’UE privilégie ses intérêts financiers à l’instauration de la paix

Mythes et risques de l'Accord de protection des investissements européens en Birmanie

Un collectif d’organisations birmanes et européennes, dont le CCFD-Terre Solidaire, publie, le 4 octobre 2017, un rapport intitulé « Mythes et risques de l’Accord de Protection des Investissements UE/Birmanie (Myanmar) ». Le document expose les conséquences graves sur la paix et les droits humains d’un tel accord .

En Birmanie, les enjeux économiques nourrissent les conflits et la situation des droits de l’Homme est extrêmement fragile. En attestent les événements de septembre 2017 qui ont poussé plus d’un demi-million de Rohingya à se réfugier au Bangladesh.

Lire aussi : En Birmanie, la société civile appelle le gouvernement à coopérer avec la mission d’enquête des Nations unies

Dans leur rapport « Mythes et risques de l’Accord de Protection des Investissements (API) UE/Birmanie (Myanmar) », publié le 4 octobre 2017, les organisations signataires estiment que les avantages d’un tel accord sont largement surestimés. Elles soulignent également les risques graves encourus.

Les cinq mythes de l’accord de protection des investissements


  • 1- Il engendrera une arrivée massive d’investissements européens et permettra au pays de se développer
  • 2- Il protègera les droits des travailleurs et l’environnement
  • 3- Les investisseurs européens aideront la Birmanie à améliorer sa situation en matière de droits humains
  • 4- Les négociations de l’Accord de protection des investissements UE-Birmanie sont bien plus transparentes que celles d’autres traités négociés par la Birmanie
  • 5- L’API UE-Birmanie ne sera qu’un traité parmi tant d’autres signés par la Birmanie
© Patrick Chesnet / CCFD-Terre Solidaire

Les cinq risques de l’accord de protection des investissements


  • 1- Il empêchera une réforme réglementaire démocratique
  • 2- Il aura des conséquences limitées sur le budget public
  • 3- Il entravera le processus de paix
  • 4- Il ira à l’encontre du renforcement du système judiciaire national
  • 5- Il pourrait être adopté sans examen de l’opinion publique
Lire le communiqué de presse : Mythes et risques de l’Accord de Protection des Investissement UE/Birmanie

Télécharger le rapport « Mythes et risques de l’Accord de Protection des Investissements UE/Birmanie (Myanmar) :

Rapport : Mythes et risques de l’Accord de protection des investissements entre l’UE et la Birmanie
Rapport Mythes et risques de l’Accord de protection des investissements entre l’UE et la Birmanie

S’informer

10 avril 2018

Qui sont les Rohingya, menacés d’anéantissement en Birmanie ?

Qui sont les Rohingya ? Pourquoi sont-ils persécutés ? Un rapport très documenté, publié par l’association Info Birmanie, soutenue par le (...)

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

Selon la société civile, au moins 180 000 personnes sont portées disparues au Mexique. Démunies face à des autorités corrompues et liées au (...)

3 avril 2018

Déclaration de solidarité envers le père Amaro et la Commission pastorale de la terre

Le 27 mars 2018, le père Amaro Lopes de Sousa, agent de la Commission pastorale de la terre et curé au Brésil, a été arrêté et incarcéré. (...)

Nos projets

6 mars 2018

Liban : à l’école avec les enfants réfugiés syriens (vidéo)

Aujourd’hui un enfant syrien sur deux réfugié au Liban n’a pas accès à l’enseignement. Le CCFD-Terre Solidaire appuie les initiatives de la (...)

16 janvier 2018

Birmanie : se former aux pratiques alternatives pour s’émanciper des grandes entreprises étrangères

En Birmanie, le Gaia Sustainable Management Institute (GSMI), organisation partenaire du CCFD-Terre Solidaire, développe des pratiques (...)

15 décembre 2017

A Jérusalem, une association d’archéologues israéliens dénonce l’utilisation politique des fouilles

Créée par des archéologues, l’association Emek Shaveh est une organisation israélienne qui vise à sensibiliser le public, les journalistes et (...)